Valeur, coût et prix


A la question “qu’est-ce-que la valeur d’un bien?”, les classiques répondent qu’elle dépend des caractéristiques du bien (théorie objective) mais les français Condillac et Turgot essayent à la même époque de fonder la valeur du bien sur les relations du consommateur au bien (théorie subjective), théorie qui trouve son avènement à la fin du 19ème s. avec les néo-classiques et le triomphe provisoire de la théorie de l’utilité cardinale.
Nous ne nous intéresserons qu’au prix des marchandises reproductibles à l’aide d’autres marchandises et de travail (donc hors tableaux, statues, etc..., qui constituent une partie infime des marchandises).
1 Prix et répartition
Pour une économie à deux biens : on aboutit au prix à partir du taux de profit et des salaires, l’un des deux étant au choix exogène et l’autre endogène. Prix, salaires et taux de profit sont déterminés indépendamment des quantités produites, du fait des rendements d’échelles constants.
Les prix sont donc déterminés par les conditions de production (conditions techniques,  combien de travail nécessaire) et aussi par les conditions sociales (salaire ou taux de profit).
Selon le degré de mécanisation du secteur des biens de consommation et du secteur des biens d’équipement, la relation salaire-profit est linéaire, convexe ou concave.
Si on considère une économie à k biens, tous fondamentaux (cad qu’ils rentrent dans toutes les productions), et si on fixe le taux de profit de façon exogène, le prix est alors défini en termes de salaire.
Il est possible de décrire des courbes de prix selon que la répartition (salaire et taux de profit) profite aux travailleurs ou aux capitalistes. Lorsque l’on considère une économie à k biens, les courbes obtenues plus haut selon le degré de mécanisation se mêlent et sont à la fois convexes et concaves.
On parle de prix de production plutôt que de coûts de production à cause de la notion de produits fondamentaux (P.SRAFFA : produits qui rentrent directement ou indirectement dans la production de tous les autres biens.
2. Travail et détermination des prix
Quel rôle le travail a dans la détermination des prix?
La théorie de la valeur-travail ne concerne pas les marchandises non reproductibles (art...). Pour Marx, le travail est le fondement de la valeur d’échange.
3 Différenciation des conditions de production et choix de techniques

Le théorème de non-substitution (K.ARROW, N. GEORGESCU, T.C. KOOPMANS, P.A SAMUELSON) indique que la demande est sans influence sur les rapports d’échange et que seules les conditions sociales et techniques de production doivent être prises en compte. En pratique, le théorème ne s’applique pas et les deux sont aussi importants.

 

SciencesEconomiquesl.com - Tous droits réservés